5 choses que l’hypocondrie m’a apprises


L’hypocondrie, c’est une obsession liée à la santé. C’est caractérisé par une peur irrationnelle d’être malade et c’est accompagné de beaucoup d’angoisse, évidemment. Y’a deux formes d’hypocondrie:

Dans l’hypocondrie névrotique, la personne est consciente qu’elle est fort probablement pas malade et que c’est sa tête qui lui joue des tours (coquine tête, coquine). Même en sachant que ses angoisses sont pas rationnelles, la personne aura tendance à visiter son médecin plus souvent qu’la moyenne des singes pour se faire rassurer… ce qui fonctionnera pas vraiment, étant donné qu’un des critères diagnostiques de l’hypocondrie, c’est une préoccupation qui persiste malgré des bilans de santé rassurants.

Dans l’hypocondrie psychotique, la personne a la certitude qu’elle est réellement malade. C’est pas mal moins drôle (quoique c’est déjà pas drôle en partant…), parce que des délires et des hallucinations peuvent venir s’ajouter au portrait. Ish.

Comme dans toute, y’a divers degrés d’atteinte. J’suis pas mal certaine que tout le monde ou à-peu-près vivra à un moment dans sa vie des angoisses liées à la santé. Or, tous ces gens-là sont pas des hypocondriaques. L’hypocondrie est un trouble mental reconnu par le DSM (le manuel diagnostic des troubles mentaux) et, pour se le faire diagnostiquer, il faut remplir certains critères. Entre autres, il faut que les perturbations liées au trouble durent depuis au moins 6 mois et qu’elles entraînent une altération du fonctionnement ou une souffrance cliniquement significative (faut qu’t’ailles d’la misère à faire tes journées, autrement dit).

Cela étant dit: j’vous partage 5 choses que l’hypocondrie m’a apprises. Si tu googles ton mal de dents ou tes douleurs menstruelles pis que t’as d’la misère à dormir pendant une semaine en pensant que tu vis tes dernières heures sur terre, ceci est pour toi!

4129658ffe3584990ccc6813ba21d31b

1. Internet est la pire chose qui est arrivée à l’humanité depuis le sac banane

J’exagère. Reste que c’est pas si loin de la vérité pour une hypocondriaque… parce que savez-vous ce qui est pire qu’une hypocondriaque qui cherche compulsivement des réponses à ses angoisses sur Google? Des millions d’hypocondriaques qui cherchent compulsivement des réponses à leurs angoisses sur Google. DES MILLIONS. Les forums sont inondés de publications d’hommes et de femmes de partout dans le monde qui décrivent dans les moindres détails tous leurs petits et gros bobos – imaginés ou pas – et qui attendent la venue du messie du Web qui leur confirmera qu’ils ont pas le cancer pis qu’ils mourront pas. Le problème? Ce bon samaritain vient jamais, ben évidemment. Ça fait qu’on se ramasse avec des grandes discussions qui finissent pu d’finir pis qui virent en orgie de gens qui comparent entre eux leurs symptômes et de quelques casseux d’party qui suggèrent d’aller consulter un médecin si tu penses que t’es su’l bord de mourir. C’qui est pas fou, quand on y pense.

2. Internet est la meilleure chose qui est arrivée à l’humanité depuis le sac banane

Classique cas de relation amour-haine. Internet m’a déjà été utile (rarement, je l’avoue) pour désamorcer de bonnes crises d’angoisse hypocondriaques. J’ai jamais compris quelles étaient les motivations derrière les non-hypocondriaques qui traînent sur les forums et qui tentent de calmer les angoissés qui s’y épanchent, mais bon… tant mieux pour nous autres. J’me suis déjà servie d’internet aussi pour trouver plus d’informations sur des symptômes que je présentais (des vrais), pour pouvoir mieux les décrire. That’s it. Dans mon jeune temps (!), quand j’étais encore une patiente inexpérimentée, j’me référais à Dr. Google pour en apprendre plus sur ma maladie.

Faites pas ça, sainte bénite. Faites pas ça.

Imaginez: personne vit ses rhumes de la même façon… y’en a qui mouchent plus que d’autres, y’en a qui sont courbaturés, y’en a qui dorment pendant 4 jours… Pis c’est juste le rhume. Chaque corps est unique, pis chaque syndrome/maladie/virus se présentera pas à tout coup de la même façon chez tout l’monde. La meilleure source d’infos, c’est votre doc. Pis votre pharmacien. Sont cools, les pharmaciens. #teampharmaciens

3. Toute peut être un signe de mort imminente

J’dis pas ça pour vous faire angoisser. J’dis ça pour faire la démonstration que de penser qu’on va mourir à la moindre irritation de l’oesophage, c’t’un brin farfelu. Faites l’exercice pis notez combien de temps ça vous prend avant de vous autodiagnostiquer un cancer en cherchant mal de ventre, toux, pis diarrhée sur Google.

C’est ça j’vous dis. D’après moi on est toutes déjà mortes pis on l’sait pas.

4. Angoisser vous permettra jamais d’avoir le contrôle sur votre corps, pis votre doc est pas Chuck Norris

Vous aurez beau angoisser, au final, c’est votre corps le boss. Pis votre doc, c’est la personne la mieux placée pour savoir quoi faire quand votre corps fait défaut. Sauf que ça reste un humain. Ça se peut qu’il se trompe. Ça se peut que ça soit long avant qu’y trouve c’que vous avez. Ça s’peut qu’il switch de médication parce que les effets secondaires de celui qu’il vous a donné en premier sont trop gossants. C’est d’même que ça marche. Y’a pas de certitudes dans c’domaine-là (comme dans toute). Personnellement, une fois que j’ai eu accepté ça, ma doc est devenue ma meilleure amie. J’ai compris que mon rôle était pas passif dans toute c’t’histoire-là! On est tous le spécialiste de notre corps. Y’a juste nous qui savons comment on vit nos symptômes, pis comment on a mal là-là-non-pas-là-juste-un-peu-plus-à-gauche. La meilleure chose que vous pouvez faire, c’est de décrire du mieux que vous pouvez vos symptômes à votre doc. Après ça, lui va vous dire si vous capotez pour rien ou pas.

Là, l’affaire, c’est que si vous êtes hypocondriaque comme moi, vous l’croirez pas. Croyez-le. Ou d’mandez un deuxième avis, si vous doutez. Pis si l’deuxième dit pareil, faites dodo tranquille. Oké?

5. Le corps humain est capable de faker n’importe quelle maladie

Y’a rien comme la peur de faire une crise cardiaque pour vous faire faire une crise cardiaque. Pas une vraie là, partez pas en peur! Mais si vous portez attention au p’tit pincement que vous ressentez à la poitrine, j’vous assure que l’bras va vous crisper pis que le front va vous perler en moins d’temps qu’il faut pour appeler le 9-1-1. Votre cerveau est wise de même. C’est comme si vous vous convainquiez vous-mêmes que vous êtes en train de faire une crise cardiaque pis que votre cerveau se disait: «ben coudonc… à doit être en train d’faire une crise cardiaque pour vrai pis j’étais pas au courant. Faut que j’fasse plus attention, j’manque des bouttes.»

Fun fact: chaque fois que j’ai été hospitalisée, on me plaçait temporairement dans une salle à l’urgence, le temps que je sois transférée dans une chambre. C’était cool parce qu’il y a toujours beaucoup d’action à l’urgence pis c’est quand même intéressant à regarder. Anyway. Vous en reviendriez juste pas du nombre de cas de fausses crises cardiaques qui peut y’avoir en une nuit à l’urgence. «Faites-vous un peu d’anxiété vous madame?», je l’ai entendue souvent dans les cubicules voisins du mien.

Bonus

6. Personne va sur les forums pour dire à quel point ça va ben dans sa vie

Personne va questionner des inconnus sur internet quand ça va ben. Personne. (Penses-y. Des inconnus sur internet. Ça sonne pas comme une bonne idée pantoute). Y’a quelques messages réconfortants, oui. Sauf que vous allez vous noyer dans une mer d’histoires d’horreur pour trouver UNE histoire qui finit ben. Vous êtes pas gagnant là-dedans, pour vrai. Pis j’ai remarqué aussi qu’immanquablement, juste en dessous d’un commentaire qui redonne espoir en la vie, y’a le pire commentaire du fil de la discussion. Une histoire d’horreur. Tout l’temps. Mon conseil: une fois que t’as trouvé le commentaire qui t’as fait du bien, sois heureuse, flatte des chats, respire ben comme il faut dans un bouquet d’lilas pis ferme internet.

** J’vous conseille le p’tit test d’hypocondrie du Pharmachien. Bon, ça remplace pas un psychiatre, mais c’est ben comique.


À propos L'énervée

Drama queen anxieuse un peu bougonneuse qui étudie en psycho (classique) et qui aime ben rire de ses travers. Aimerait se réincarner en chat (pour fouèrrer pis manger) et avoir accès à la plus grosse réserve de laine au monde (parce que tricoter, ça la calme). Possède une quantité inquiétante de journaux intimes remplis. Est passée par une phase gothique à l'adolescence. Est un être humain décent. À pense, en téka.

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *