Demain.


Pouvez-vous croire que ça fait un an que je me répète:

 

«Demain. Demain j’écris pour mon blogue. Un billet par semaine, à partir de demain.»?

 

Un moment donné, y’a se mentir pis SE MENTIR.

 

À ma défense, j’ai pas trouvé jusqu’à aujourd’hui les mots pour décrire la dernière année.

 

Je suis devenue maman. (Oh mon Dieu. Ça sonne encore bizarre, j’me suis pas toujours pas approprié le titre. Maman. Seigneur.)

 

En fait, je suis d’abord tombée enceinte. À peu près à cette date-ci, l’an dernier. Une méchante surprise puisque j’avais réussi, avec les années, à me convaincre qu’il y avait aucune maudite chance que je sois fertile. C’était une de mes sources d’angoisse fétiches depuis un moment: «j’ai tellement peur de jamais pouvoir avoir d’enfants. Mon corps est tout fucké, c’est sur que ça va être hyper long avant qu’un bébé colle là.»

 

J’ai cligné des yeux, pis j’étais enceinte. Comme quoi les angoisses, hein…

 

Bébé a aujourd’hui cinq mois, presque six. Elle est en santé. Elle est allumée. Elle rit quand on fait des bruits de pet. Desfois, desfois elle rit. C’est un bébé sérieux. Mais c’est le plus beau bébé sérieux du monde. Tout se passe exactement comme le contraire de ce que je m’étais imaginé, c’est-à-dire que tout se passe bien. Je crois sincèrement que le pire bout de toute cette affaire-là (avoir un bébé) ç’a été la grossesse. Sainte. Sur le plan psychologique, surtout. J’vous en reparlerai. J’vous parlerai de ça, et puis de tout plein de p’tites choses auxquelles j’ai pensé dans les derniers mois. C’est un de mes défis pour l’année, d’écrire ici régulièrement. J’aimerais beaucoup atteindre cet objectif et donner un gros coup d’pied au derrière de l’insécurité et de la procrastination qui me collent au cul (quel duo de marde quand même ces deux-là.)

 

J’vous reparlerai de toutes ces choses là, promis. Pas demain, mais bientôt. 😉

 


À propos L'énervée

J'ai essayé la psycho et le marketing, puis j'ai décidé de retourner à mes premières amours: l'écriture et le journalisme. Je suis maman et ça m'occupe la majeure partie du temps. Quand il en reste un peu je lis, j'écris, je tricote et je marche jusqu'au parc avec ma fille.

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *