La luminothérapie… huh? – 23/09/2016


 

Aujourd’hui, c’est l’arrivée de l’automne qui me sert d’inspiration. Je sais pas pour vous mais, chaque année, y’a un moment où j’me dis en sortant du travail: “ben voyons, y fait donc ben noir de bonne heure!”. Ça m’est arrivé cette semaine, justement. La triste vérité, c’est qu’on approche rapidement du solstice d’hiver, la journée de l’année où la période d’ensoleillement est la plus courte.

 

Si, comme de 2 à 3% de la population, votre moral décline à la même vitesse que les journées raccourcissent, vous pourriez souffrir de dépression saisonnière, ou de trouble affectif saisonnier. Notez quand même que de 15 à 20 % de la population voit son moral affecté de façon moindre, sans qu’on puisse diagnostiquer une dépression en bonne et due forme.

 

La dépression saisonnière apparaît chaque année à la même période. Généralement, elle s’installe à l’automne, quand le nombre d’heures d’ensoleillement par jour diminue, puis elle se résorbe au printemps, quand les journées rallongent.

 

Les symptômes de la dépression saisonnière sont quasi identiques à ceux de la dépression, c’est à dire qu’on va noter entre autres de l’irritabilité, de la difficulté à se concentrer, une grande fatigue, un besoin accru de sommeil, et, on s’en doute, un grand sentiment de déprime.

 

Traiter par la lumière (so spirituel)

Un des traitements conseillés pour le traitement de la dépression saisonnière est la luminothérapie. Vous avez surement déjà vu des lampes de luminothérapie à la pharmacie. Le principe est simple: on s’assoit devant la lampe – allumée – (no shit, Sherlock) et on laisse la lumière faire la job. Mais est-ce que ça fonctionne vraiment?

 

La bonne nouvelle est que oui, ça peut fonctionner, à un certain degré. C’est pas une solution parfaite, mais ça aide.

 

Pour comprendre, je vais d’abord vous expliquer ce qu’est le lux. Le lux, c’est une unité qui mesure le degré d’éclairement. Par exemple, en moyenne, on estime que le niveau d’éclairement d’une journée ensoleillée oscille entre 50 000 et 100 000 lux, alors que ce sera de 500 à 20 000 pour une journée nuageuse. À votre travail, le niveau d’éclairement varie probablement de 400 à 700 lux. Pour une journée d’hiver, on estime à environ 2000 lux le degré d’éclairement. On est donc loin du 100 000 lux de la journée d’été!

 

Il faut savoir que le niveau d’ensoleillement a un pouvoir énorme sur notre bien-être. La production de sérotonine, un neurotransmetteur qui est impliqué dans l’éveil et la modulation de l’humeur, est proportionnelle à la quantité de lumière captée par la rétine. On produit donc moins de sérotonine l’hiver, parce qu’on est exposé à moins de lumière.

 

Le principe de la luminothérapie est donc de pallier de façon artificielle au manque de lumière. Comme la qualité des lampes sur le marché varie, je vous suggère de rechercher une lampe qui a une capacité d’au moins 10 000 lux. Vous pourrez observer des effets positifs en vous y exposant entre 20 et 30 minutes chaque jour.

 

Comme je disais plus tôt, c’est pas un traitement miracle. On constate quand même qu’il y a une bonne marge entre le degré d’éclairement d’une journée ensoleillée et la celui d’une lampe de luminothérapie. Dans les cas de dépression saisonnière plus sérieux, on va parfois prescrire des antidépresseurs, comme on le ferait pour une dépression régulière. Évidemment, on le répète sans arrêt mais c’est parce que c’est pertinent de le faire: bouger, bien s’alimenter et dormir suffisamment font partie des petits gestes qu’on peut poser au quotidien qui nous aideront à passer un hiver plus agréable.


À propos L'énervée

Drama queen anxieuse un peu bougonneuse qui étudie en psycho (classique) et qui aime ben rire de ses travers. Aimerait se réincarner en chat (pour fouèrrer pis manger) et avoir accès à la plus grosse réserve de laine au monde (parce que tricoter, ça la calme). Possède une quantité inquiétante de journaux intimes remplis. Est passée par une phase gothique à l'adolescence. Est un être humain décent. À pense, en téka.

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *