Sentir le sexe


Dans le train, vers un weekend en amoureux. J’apostrophe l’Homme:

« Ça te dérange-tu que je sente pas le sexe?»

Je sais pas d’où j’ai sorti ça. Anyway.

« De quoi que tu sentes pas le sexe?

– Ben, que je dégage pas le sexe là. Que quand tu me r’gardes tu te dis pas “Oh shit! À sent le sexe!”

– … ben… je te trouve sexy…

– Oui mais c’pas de ça que j’te parle. Tsé, mettons, ton ex…»

J’ai dis ça, tout le monde. C’est correct, je sais, on fait pas ça, même si on fait toute ça. On passe à autre chose.

« Tsé, mettons, ton ex… Elle dégage quelque chose. Elle dégage de l’assurance, du sex-appeal, du GRRRE! (j’ai pas dis ça d’même – mais c’est ça que j’voulais dire) C’est clair que quand elle entre dans un bar, les gens se retournent pour la regarder. Pas que je pense que ça veut dire que je suis moins belle qu’elle, mais je sais pas… elle doit produire des super phéromones ou ben elle doit faire quelque chose qui fait en sorte que c’est écrit SEXE en gros dans son front.

– Je pense que c’est juste une question de confiance en soi pis d’extraversion. Elle parle fort, elle est sociable pis ça attire les gens.

– Mais moi personne me regarde quand j’entre dans un bar!

– Moi non plus.

– …

– J’trouve ça attirant moi que tu sois réservée.

– …mais c’est parce que j’avais cette discussion-là avec ma psy pis…»

Je sais, l’ex pis la psy dans une même conversation, ça fait beaucoup. Mais mon chum maîtrise mes névroses comme un pro. Y’é capable de gérer ça.

« J’avais cette discussion-là avec ma psy pis on a convenu que j’dégageais pas de sex appeal.

– Ben je suis pas d’accord.

– Ok mais mettons Caroline Néron…

– …Caroline Néron?

– Ouais ben c’est l’exemple qu’elle m’a donné pour parler de sex appeal.

– Mais c’est pas mon genre Caroline Néron!

– Oui mais elle a du sex appeal!

– Ben je sais pas là… sûrement.

– Mariloup Wolfe?

– Quoi Mariloup Wolfe?

– Ben c’était son deuxième exemple.

– Ben peut-être, mais c’est pas un sex appeal qui m’allume.»

Plus qu’une sorte de sex appeal. C’est ben de ça que j’avais besoin encore.

« …Te rappelles-tu de Daria? Tsé l’émission avec la fille qui… ben avec la fille qui s’appelait Daria.»

J’ai même pas eu besoin de continuer. Y’a su où je voulais en venir. Il a ri. Fort. Pis il a dit ça:

« Tu sais ben que c’est pas ça que j’recherche, une fille qui sent le sexe.  J’les vois, sont belles, c’est correct. C’est quand même pas avec elles que j’voudrais être dans le train aujourd’hui. J’aime ça, le calme. Tu dégages ça. Pis j’aime ça qu’on parle, qu’on aie des grosses discussions, que t’aies des opinions. Ça, j’trouve que ça sent le sexe.»

Leçon acquise. Fuck les bas résille.

C’pas vrai, j’aime ça les bas résille. Mais tsé, vous comprenez c’que j’veux dire.


À propos L'énervée

Drama queen anxieuse un peu bougonneuse qui étudie en psycho (classique) et qui aime ben rire de ses travers. Aimerait se réincarner en chat (pour fouèrrer pis manger) et avoir accès à la plus grosse réserve de laine au monde (parce que tricoter, ça la calme). Possède une quantité inquiétante de journaux intimes remplis. Est passée par une phase gothique à l'adolescence. Est un être humain décent. À pense, en téka.

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *